mercredi 26 novembre 2014

Les Roises à Aulnois sous Vertuzey

Les Roises d'Aulnois
Connaissez-vous ce lieu ?

 Merveilleux jardin d'eau, témoin du temps passé ! 
Ignoré et laissé à l'abandon.


Lieu où nos ancêtres rouissaient le chanvre

Où se trouve les Roises ? à mi chemin entre Euville et Aulnois
(voir le plan ci-dessus)

Qu'est-ce que le chanvre ?

C'est une plante de trois à quatre mètres de haut à forte puissance racinaire qui confère au sol un pouvoir structurant. La culture du chanvre est printanière. Elle s'étale d'avril à fin août.

Elle a besoin d'une bonne fertilisation. Mais elle est moins gourmande en eau que la culture du maïs.

Les variétés précoces sont privilégiées pour la récolte du chènevis (la graine)

Les variétés tardives sont favorisées pour la paille 


La culture du chanvre (cannabis sativa) est très réglementée. En effet, il est un très proche cousin du cannabis indica (drogue) 



Comment était-il récolté ?
Le chanvre était récolté par arrachage


Ces bottes partaient pour la macération; c'étaient le rouissage :
Immersion du chanvre dans l'eau à l'aide de grosses pierres pour permettre de séparer l'écorce de la fibres.


Les Roises appelées également les Rôges étaient le lieu où les paysans rouissaient le chanvre. cette action dégageait une forte odeur et se faisait loin des habitations.
Après cette étape, arrivait le temps du séchage en plein champs, les fours sont arrivés plus tardivement.
Pour séparer la filasse de la tige, les bottes étaient alors broyées. cette opération portait le nom de broyage ou teillage. Les femmes étaient souvent attelées à cette tâche pénible.




Quelles sont les utilisations du chanvre ?

La filasse de chanvre selon la finesse de filage était utilisée pour les cordages, les sacs à grains, les voiles de bateaux, les chemises et linge de maison. Mélangée à la laine, elle servait pour la confection de vestes ou de pantalons.

Les chènevis (graines) servaient à produire une huile employée pour les lampes et pour soigner le bétail car on lui attribuait des vertus curatives.
(Les terres fertiles propices à cette culture en ont tirées leur nom : les chènevières)

Les tourteaux de chanvre étaient donnés comme aliment aux animaux.
(Ce qui reste après la pression des graines pour en extraire l’huile)

L’écorce du chanvre mis en petit sac servait d’allume feu.
Tout était valorisé, rien ne se perdait.

Le chanvre a traversé les époques, il est toujours utilisé.
On le cultive, on l’exporte pour être transformé puis on l’importe sous forme de matière première, directement utilisable dans l’industrie textile ou autre.

Le chanvre est aussi un matériau de construction à part entière valorisé pour son pouvoir isolant et acoustique. Mélangé à la chaux, il est un excellent mortier.
L’huile issue des graines entre dans de nombreuses compositions comme la peinture, le mastic.

Le chanvre suscite également un réel intérêt auprès de la pharmacopée.
Nos anciens lui attribuaient déjà des bienfaits thérapeutiques
En hiver, des graines étaient données aux poules afin de maintenir la ponte



Le chanvre s’est adapté aux nouvelles exigences de notre mode de vie et a traversé les temps

   Voici quelques exemples :






Réhabilitation des Roises d’Aulnois

Sans volonté politique rien n’est possible ! Car elles sont sur un terrain communal.

Une poignée d’irréductibles défend cet endroit, parviendra-t-elle à se faire entendre ?

Dans cette démarche, il n’y a aucun procès d’intention !

Par devoir de mémoire, nous devons réhabiliter ce lieu et le faire connaître.
D’autres communes l’ont fait. Pourquoi pas nous ?

C’est le cas de : Lucey

Lucey est le parfait exemple, bien que la conception des lieus soit différente.

Effectivement, des puits de deux mètres de profondeur ont été creusés par l’homme.
Puits où étaient mises les bottes à tremper pendant quinze jours.
En effet, en 1738 par un arrêté du conseil royal des finances et du commerce, le rouissage était interdit en rivière poissonneuse : en cause la pollution due  à cette activité. 



Les Roises de Lucey ont été intégrées dans un circuit découverte et touristique.

A visiter ou à découvrir sur les sites : 
- Maison de la polyculture de Lucey (jardin d’eau de Lucey) 
Les photos mises en ligne sur ce site sont époustouflantes de beauté
- Géologie Lorraine (les roises de Lucey)                                           





En ce qui concerne les Roises d’Aulnois
Elles sont différentes formant un grand bassin.
Traversées par une source dont la résurgence est visible et encore bien matérialisée.




Quelle chance de posséder ce lieu plein de charme, lieu emprunt de la vie que fut jadis celle de nos aïeuls.

Les Roises d’Aulnois méritent un peu plus d’égards et de considération.

- Elles peuvent s’intégrer parfaitement dans un circuit touristique,
- Être mises à profit par les associations qui mettent en avant l’agriculture des  temps passés   et les métiers oubliés, comme AGRI RETRO
- Servir de support pédagogique pour les enseignants
- Ou tout simplement être un point de chute pour les promeneurs.


 Quels moyens sont nécessaires ? sachant que le terrain appartient à la commune  

 À mon sens, il faudrait :
- promouvoir l’endroit et le baliser
  (Voir les sites cités ci-dessus, beau modèle d’aménagement paysagé)
- Défricher de façon raisonnée (la nature reprend petit à petit ses droits)
- Mettre en valeur la résurgence de la source
- Curer le bassin de rouissage, mais ce n’est pas une priorité ! 
- Matérialiser un emplacement à proximité de la route pour stationner une ou deux voitures
- Et dans l’absolu une table avec des bancs afin que les visiteurs puissent se poser et       apprécier la sérénité de ce lieu.

Les Roises d’Aulnois appartiennent à notre histoire et à notre patrimoine.

Il est nécessaire d’engager des travaux de conservation !

Pourquoi pas sous forme de bénévolat comme cela a été le cas pour le tacot. 

Nous, élus, réagissons et défendons ce projet de valorisation
et de sauvegarde !
                                                                    

Daniel André


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire